Auto-Interview suite à l'Expédition Suédoise

Publié le par Tortoise

Ben oui, j'ai pas encore trouvé de journaliste qui s'intéresse à mes fics et surtout qui pose mes propres questions, alors me voilà obligée de faire le boulot toute seule.

Question: Tortoise, vous êtes une auteure qui doute beaucoup, c'est pour ça que vous aimez vous baser sur des détails tangibles. Cette Expédition Suédoise a dû vous demander un formidable travail de renseignements, en amont...
Réponse: Oui, en effet, ça me rassure d'avoir à ma disposition des détails "vrais" et surtout précis, même si je ne m'en sers pas forcément lors de la rédaction. Il faut dire aussi que ce qui me plaît le plus dans la saga Harry Potter, c'est justement les détails, le quotidien, l'organisation de la société sorcière... C'est aussi pour ça que je suis une visiteuse assidue du merveilleux site EHP, la version française du Lexicon.
Et, effectivement, l'Expédition Sudédoise m'a demandé beaucoup de travail préparatoire, mais j'ai aussi pris beaucoup de plaisir à penser à toutes sortes de références et d'influences au cours de la rédaction.

 

Question: Mais encore?
Réponse: Eh bien, puisque vous me demandez le détail, allons-y. Tout d'abord, j'ai bien évidemment été conditionnée par ma traduction de "A Letter To An Old Friend", de Sylvanawood, que j'ai hâte de publier: j'attend son feu vert final pour pouvoir le faire. Je regrette un peu de ne pas avoir pu la publier avant l'Expédition Suédoise, mais c'est comme ça. Et de toute façon, "Une Lettre à Un Vieil Ami" devrait être publié prochainement.

Donc c'est évident que ça enlève une certaine dimension à ma one-shot, mais tant pis. Je vais donc passer sur toutes les références qui s'y rattache.

Après cela, le premier clin d'oeil est bien évidemment le Bulletin Officiel, notre bon vieux BO qui fait le fleuron de la littérature administrative française bien indigeste. J'ai trouvé que ça s'appliquait parfaitement à la publication canonique de la Société de Magizoologie.

Bon, la référence suivante c'est les Clabberts, ça fait partie de la multitude d'animaux magiques que j'ai glissés dans mon texte et que vous pouvez retrouver dans "Les Animaux Fantastiques" ou bien sur la page du Bestiaire d'EHP, comme je l'ai indiqué en bas de page.

Déjanire, ça m'a paru le nom idéal quand je suis tombée dessus en flânant dans mon dico des noms propres: la terminaison en -ire se rattachait au carctère de cette hippogriffe, et puis la véritable Déjanire m'a semblé coller à l'idée, même si présentement je ne me souviens plus de la définition de mon dico. Déjanire est aussi une petite référence à ses vieilles dames aigries qu'on connaît tous...

Je précise ensuite que les noms des trois fléreurs du ménage Scamander sont véridiques: je me suis basée sur les premières pages de l'édition moldue française des "animaux fantastiques", vous pouvez vérifier.

Je passe sur les diverses allusions au tome 5 de Harry Potter, puis sur Olliwander-Lovegood que j'ai déjà expliqué en bas de page de ma fic.

Le collègue "Bob" est aussi tiré de HP: il croise Arthur Weasley le jour de l'Audience de Harry, dans le tome 5. Gawain Robards est à la tête du Bureau des Aurors depuis que son prédecesseur Rufus Scrimgeour est devenu Ministre. Comme on ne le voit que vite fait en passant dans le tome 6, j'ai pris la liberté d'estimer qu'il avait commencé sa carrière en tant qu'Auror, avant de préférer se recycler au Département de Contrôle et de Régulation des Créatures Magiques, où il serait toujours, ayant rapidement refusé la promotion offerte au Bureau des Aurors.

La Confrérie des Locataires de Logis Sorciers en Vacances se rapporte à une notion que j'ai entendue je sais plus où et que je trouve géniale: il existe des associations dont les membres se proposent pour occuper les maisons de gens qui partent en vacances, gratuitement: la maison ne reste pas vide, le courrier est ramassé, les fruits ne se perdent pas, les animaux domestiques sont gardés dans leur cadre habituel, et le ménage continue d'être fait, en échange de quoi les volontaires peuvent s'offrir eux aussi quelques vacances dans une région qu'ils ne connaissent pas, sans avoir à payer de location.

Le village gallois Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch existe vraiment, j'ai trouvé cette info géniale quand je l'ai lu sur le blog de ma bêta-lectrice Crookshank, qui avait fait une note sur le livre "les Miscellanées" de Ben Schott. C'est le nom d'agglomération le plus long du Royaume-Uni.

Ensuite, Loutry Sainte-Chaspoule n'est pas inventé non plus, vous aurez peut-être reconnu le village près duquel se trouve le Terrier Weasley. Et on peut raisonnablement penser que les Lovegood dont il est question dans le tome 4, au départ pour la Coupe du Monde de Quidditch, sont bien Luna et son père.

J'ai choisi d'appeler le père de Luna "Bartholomew", simplement parce que je trouvais que "Bartie Lovegood" ça sonnait vraiment bien et que plutôt que Bartholomeo, la version anglaise Bartholomew collait beaucoup mieux au personnage, puisqu'ils sont anglais, nos sorciers, ne l'oublions pas.

Pour ce qui est des rensignements que Newton Scamander récolte sur le Ronflak avant de partir, ce n'est que mon imagination. J'ai bien sûr vaguement pensé à Vasco de Gama, Magellan et les autres explorateurs qui me font rêver, mais aussi à Ulric le Follingue pour le sorcier Arnulf la Berlue.

Les témoignages reliés au Quidditch m'ont été inspirés des premières pages du Quidditch à travers les âges, édition moldue française.

L'amitié de Bartie Lovegood pour Bertie Crochue m'a évidemment été inspirée par la ressemblance entre les prénoms, et aussi parce que j'ai pensé que des doux cinglés comme les Lovegood doivent particulièrement apprécier les Dragées Surprise.

La transition "Muni des ces renseignements, j’étais fin prêt à me lancer à la poursuite de cette fantasque tentatrice — comme tu le dis si bien, Albus —, l’aventure." est un plagiat presque intégral de la toute dernière phrase du chapitre 3 du tome 6 de HP, que j'adore tout particulièrement et que j'ai été ravie de pouvoir glisser ici.

La ville de Ystad existe réellement, et toutes les indications géographiques qui suivent sont véridiques: je rédigeais toujours avec mon atlas ouvert sous mon bloc de papier. Il n'y a que Kopparberg que je n'ai retrouvé nulle part, donc je suppose que JK Rowling l'a inventé en paraltn de la Course Annuelle de Suède dans Le Quidditch à travers les âges, ou alors elle avait des infos que je n'ai pas.

Wallander me vient de ma recherche de renseignements: en cherchant des cartes géographiques dans l'espoir de trouver un format plus petit que mon atlas (pas très pratique), j'ai trouvé une page sur l'histoire de la Poste qui présentait une carte ancienne de Suède et de Norvège, qui précisait justement qu'Ystad est une ville qui sert de cadre au roman policier avec le détective Wallander.
Avec une petite pensée pour Hercule Poirot, ça donne Hercule Wallander.

Je ne sais pas si Algie Londubat s'appelle effectivement Algernon, ni s'il est retraité, ni s'il a travaillé à la Brigade de réparation des accidents de sorcellerie, mais c'est ce qui m'a paru coller le mieux à ce qu'on sait de lui. Algernon est le nom d'une constellation, je crois, et au passage je vous conseille de vous intéresser aux noms des étoiles, vous verrez que bon nombre de prénoms de la famille Black et d'autres viennent de là, et pas seulement Sirius et Bellatrix.

J'ai inclut Tonks dans l'expédition en songeant qu'elle était assez fantasque pour être de ce genre d'aventures, et puis ça apportait un peu de piment au voyage... Pour ceux qui ne s'en souviennent pas, elle est vraiment Auror.

Voilà... Le glögg est tout aussi véridique, je l'ai lu dans "la grand livre du monde", un énorme pavé très intéressant qui trône dans la bibliothèque familiale et que je consulte de temps en temps...

Les Thoräav par contre c'est inventé.

Je n'ai ensuite pas pu résister à faire apparaître Charlie Weasley lors de l'épisode de lma Course Annuelle... Pour ce qui est des habitants sorciers de Kopparberg qui s'arrenge une fois par an pour éloigner les moldus, j'ai bien sûr songé au tome 5, où Tonks éloigne les Dursley de Privet Drive en évoquant le Concours du meilleur jardin, ou un truc comme ça.
Le fait que les organisateurs aient interdit aux spectateurs de suivre la course en parallèle, c'est moi qui l'ai inventé, pour faire un prétexte à ce que notre joyeuse bande reste en arrière.

Ah oui, j'ai  aussi ajouté Stan Rocade dans le lot, parce que j'aime beaucoup ce personnage et que je le voyais très bien se joindre à l'expédition et faire le fanfaron en balai.

Bon, ensuite je ne sais pas si Jokkmokk est connu pour ces yaourts et Porjus pour ses poteries artisanales, et à mon avis pour qu'ils figurent sur mon atlas c'est qu'ils sont un peu plus gros que de simples villages, mais bon fallait bien que je fasse une petite transition.

Herrena m'a été inspirée par Terry Pratchett, on la voit surtout dans Le Dernier Héros mais d'abord dans le Huitième Sortilège, c'est la vieille Herrena la Harpie au Henné.
Augias, bah oui, tant qu'à faire dans le monumental c'était tout indiqué, et l'allusion à la Walkyrie renforçait le côté nordique.

Puis, j'ai réussi à glisser Anicet Lespin: j'adore l'idée que des grands noms moldus appartiennent en réalité au monde magique, cette notion a été particulèrement renforcée par la lecture du Paris des Merveilles de Pierre Pevel (lisez-le c'est un pur délice: tome 1= Les Enchantements d'Ambermer, tome 2= l'Elixir d'Oubli) et aussi par l'évocation de Tolkien dans les débuts de Mon Sorcier Bien-Aimé de Alixe.

Et pour finir, Alwinda (ou Alwilda, ou Alvild, ou Alfhild) est vraiment la première femme pirate que l'on connaisse, j'ai trouvé peu d'infos sur elle mais son nom était resté gravé dans ma mémoire depuis ma période pirates de quand j'étais petite, c'était dans un album que ma mère m'avait offert. Son navire ne s'appelait sûrement pas l'Insoumise, c'est juste le titre du CD de Daphnée dont j'aime bien quelques chansons, ça collait bien parce qu'en gros, Alwinda était la fille de Synardus, Roi de Gotland qui avait arrangé son mariage avec le prince Alf du Danemark, et comme elle en voulait pas elle s'est enfuie et rebellée avec des femmes de son village, elle a commencé à terroriser la côte Baltique avant de récupérer au passage un équipage de pirates qui avait perdu son capitaine et qui a élu Alwinda capitaine, puis Alf a eu pour mission de traîner ces pirates devant la justice et a fini par les coincer dans le Golfe de Finlande, où l'abordage fût rude mais victorieux. Alwinda était masquée, et Alf a alors seulement découvert l'identité du Fléau de la Baltique. Alwinda aurait été impressionnée par la manière dont il avait mené son abordage, et aurait finalement accepté le mariage. Personnellement je pense surtout que dans la situation où elle était ça lui permettait de bien s'en sortir, et qu'à ce moment-là le trône du Danemark n'était peut-être pas négligeable.

Voilà!!

Question: Wouah! Et, avez-vous d'autres projets avec Newton Scamander en scène?
Réponse: Eh bien, en fait, oui. Il ne faut pas oublier que tout ça est parti de ma volonté de travailler mon anglais en lisant des one-shot des anglaises, ce qui m'a amené à repérer A Letter To An Old Friend, qui est ma première traduction et qui a été un gros coup de coeur. Déjà, de voir Newton Scamander dans le résumé ça m'avait attiré, parce que c'est nouveau et original, et le texte lui-même m'a fait complètement flashé.

Donc pour en revenir à ce que je disais, j'ai effectivement quelques idées pour faire une nouvelle one-shot autour de Newt, mais elles ne sont pas encore assez développées.
A priori, ça serait une adaptation (très libre) de l'émission Ushuaïa Nature que la TATM (la Télévision Autonome à Transmission Magique, comme la RITM) projetterait d'adapeter au monde sorcier. Newton en serait le présentateur, du moins pour la première, et il y aurait divers invités tels que Nicolin Mulot (Nicolas Hulot, bien sûr) et bien d'autres encore.

Mais c'est pas pour tout de suite.

Question: Bien... Et quels sont vos projets d'écriture, maintenant?
Réponse: Pour l'instant, je vais avoir d'autres chats à fouetter dans ma vie moldue, mais dès que je retrouverai le temps d'écrire, je pense que je me remettrai à mon Grand Oeuvre, dont le chapitre 13 est encore à terminer. J'aimerais aussi réussir à repartir à zéro dans mon projet de HP à la sauce Victor Hugo, car c'est une fic qui me tient à coeur mais dans laquelle je patauge beaucoup, et j'ai le sentiment qu'il faut que je reprenne tout depusi le début. Ca aussi, c'est pas pour tout de suite, mais j'aimerais vraiment m'y remettre assez vite.
Il y a aussi mon projet de fic sur les Dumbledore Brothers qui commence à se préciser, j'y ai rajouté quelques idées: la vie de Maugrey Fol-Oeil, la scène de la torture du couple Londubat, la période troublée qui a suivi la première chute de Voldemort... Mais je cherche toujours une explication convenable à la cicatrice d'Albus en forme de plan de métro londonnien et pour les relations louches d'Abelforth avec les chèvres.
Sans compter, bien sûr, tous mes autres projets, mais pour le moment ce sont ceux-là auxquels je songe le plus.

Publié dans Text*Book

Commenter cet article