L'Impasse

Publié le par Tortoise

Je crois que j'avais déjà fait une note de ce genre avec le même titre dans mon ancien blog, et je n'aime pas me répéter, mais c'est pourtant ce qui résume mieux mon état-d'esprit, en ce moment.

Aujourd'hui, la conduite ne s'est pas très bien passée... D'après mon père c'est parce que je suis tout le temps le nez dans les bouquins, mais c'est faux, ces temps-ci je fais attention à ne pas trop me plonger dans l'imaginaire, et de toute façon il veille au grain.
Même si je le fais un peu quand même, il y a eu des périodes où je conduisais beaucoup mieux alors que je lisais beaucoup plus.
Non, moi je suis persuadée que c'est parce qu'il était en rogne et que ça a fait descendre en flèche ma confiance en moi si fragile, il n'en faut pas plus.

C'était encore une séance où il a débité sa litanie de réflexions hargneuses et désobligeantes. Je sais que c'est minable mais ça suffit à me déstabiliser complètement.

"Ca fait 3 ans que tu es inscrite à l'auto-école, et 1 an qu'on est censés avoir fini la conduite accompagnée". Je le sais bien, mais c'est pas de me le répéter sans arrêt sur ce ton que ça va m'aider à faire les derniers progrès qui me manquent, à savoir réussir les manoeuvres, faire attention à pas aller trop vite, penser à bien observer tout le temps, et surtout conduire d'une manière plus sûre, plus assurée. Déjà au naturel, j'ai pas assez confiance en moi, alors si on en rajoute je risque pas de faire de m'améliorer.

Enfin bref, de toute façon il y a certaines choses qui ne changent jamais, et le caractère de mon père en fait partie.

* * * * * * * * * *

Mais dans les choses qui ne changent pas, il y a aussi mon manque de motivation et ma peur d'entrer réellement dans la vie active. Ca m'énerve mais j'arrive pas à m'y résoudre, et c'est une tension de plus avec mes parents.

Je ne m'aime pas comme je suis. Je voudrais tellement être moins timide, plus assurée, plus entreprenante, plus débrouillarde, moins trouillarde et hésitante, moins difficile et capricieuse...

Je voudrais sortir dans la rue sans me sentir mal, sans me crisper, sans me soucier de quoique ce soit, rencontrer des copines plus souvent et ne jamais me sentir déplacée ou insignifiante, partager plus de choses dans la vie réelle, plutôt que ce déséquilibre entre tout ce que je suis sur l'ordi et ce que je suis "en vrai"...

Je voudrais que ma vie bouge, que je puisse être enfin quelqu'un tout en continuant mes loisirs, rencontrer tout un tas de gens, voyager, voyager, être autonome, aller en Angleterre et être plus à l'aise dans ma peau...
Ca fait 20 ans et demi que je me dis ça, mais rien ne change, absolument rien, malgré ma volonté et mes efforts...

Il faudra pourtant bien que ça change, et il faudrait que ce soit dès maintenant, mais je me demande comment tout ça finira, et ce que je peux y faire...

Quand je ne suis pas devant mon ordi, je me sens tout le temps nouille et empruntée, mal à l'aise et pas à ma place...

* * * * * * * * *

Il y a aussi ce détail qui me chiffone: Hinky, ma Sista.

Je ne comprend plus rien. Je n'avais jamais eu d'amitié aussi forte et aussi complice qu'en ce septembre 2004. En février 2005, on a failli se rencontrer en vrai, j'avais terminé mon calvaire de stage et j'étais enfin certaine d'avoir une semaine de vacances, elle était prête à venir, j'avais réussi à tout arranger avec mes parents, mais au dernier moment elle a décroché son job et elle n'a pas pu partir.
Au début, bien sûr, on avait beaucoup moins le temps de se parler, mais on continuait quand même un peu.

Et puis petit à petit ça s'est réduit à une peau de chagrin, et peu à peu je n'ai plus eu de nouvelles du tout, pas même un petit mot de loin en loin ou une courte réponse à mes SMS.
Ce silence total, ça fait au moins 7 ou 8 mois que ça dure, peut-être plus.

Elle m'avait dit qu'elle avait vraiment plus le temps de rien faire, et que son ordi était toujours HS jusqu'à nouvel ordre, mais quand même... Elle a au moins ses dimanches, que je sache, et ça ne prend pas longtemps d'écrire une petite carte ou un petit sms, et pourquoi pas, de consacrer un petit quart d'heure à aller dans un cyber ou squatter l'ordi des parents pour envoyer un petit mail, un mini coucou.
Il y a même un moment où j'ai craint qu'il lui soit arrivé quelque chose, un accident, ou pire... Dans ces cas-là, je doute que ses proches ou sa famille m'aient tenu au courant.

Mais quand MSN a enfin fonctionné sur mon ordi (merci Weird!), j'ai composé ma liste, et à peine une demie-heure plus tard, ça me demandait si je l'autorisais à me mettre dans sa liste ou pas. Cette confirmation peut venir n'importe quand, par exemple si j'ouvre mon MSN tout de suite, je vais peut-être avoir une demande de ce genre de la part de quelqu'un d'autre, qui m'aura mis dans sa liste hier soir, et dont je ne suis prévenue que maintenant.
Mais là je venais juste d'avoir Msn et je le prenais en main... Qu'elle préfère rester déconnectée, d'accord, mais pourquoi ne pas répondre à mon petit mail si elle prendre le temps de me rajouter à sa liste MSN?

Et puis, cet aprem, je me suis enfin décidé à lui téléphoner, comme j'y songeais depuis longtemps, mais je n'avais encore jamais oser le faire, parce que je ne suis jamais à l'aise à l'oral, et le téléphone en fait partie.
Mais là, j'ai voulu en avoir le coeur net, en pensant aussi que peut-être avait-elle changé de portable et que le nouveau propriétaire ignorait ces sms qui ne s'adressaient pas à lui, ou que le numéro n'existait plus (ça m'est déjà arrivé avec une autre copine).
Je me suis dit on est dimanche, normalement elle va décrocher, je pourrai entendre sa voix pour la première fois, et surtout renouer le contact, savoir ce qu'elle devient. Et en même temps j'avais peur de la déranger, j'ai peur d'être trop collante depuis que je persiste à lui envoyer des messages alors qu'elle ne répond plus.

Enfin j'ai pris mon courage à deux mains et je suis tombée sur un répondeur qui confirmait le numéro. J'ai laissé un très court message ("Oui, Hinky, c'est Tortoise, ben je voulais juste avoir de tes nouvelles, voilà... Ben, à+!" vraiment pathétique, quand je vous dis que je suis jamais à l'aise... Evidemment j'ai dit nos vrais prénoms et pas nos pseudos, vous l'aurez compris).
Mais ça ne fait rien changer... En même temps je me dis, si ça se trouve elle a changé de numéro, alors même laisser un message est inutile.

Mais je ne m'explique toujours pas son silence total depuis environ janvier, et même avant. Je ne comprend vraiment pas. Même si elle a très peu de temps, ce n'est pas une raison. Je sais très bien à quel point c'est crevant de bosser, c'est pour ça que j'y vais tellement à reculons, mes stages m'ont donné un bel aperçu. Mais quand on veut vraiment ça n'empêche pas de maintenir le contact, même si c'est de loin, c'est mieux que rien.
Ou alors elle m'a oublié, mais dans ce cas mes messages devraient me rappeler à son bon souvenir. J'en conclus qu'elle VEUT m'oublier. Mais je n'arrive pas à le concevoir. C'est impossible, ça ne peut pas être ça. Enfin, on avait tellement de points communs, on était tellement sur la même longueur d'ondes!!

Je ne sais vraiment plus quoi faire, plus quoi penser. Dans la vie de tous les jours, y a toujours un détail qui me fait penser à elle, et je ne veux pas croire que tout est perdu, je ne peux pas.

* * * * * * * * * * *

Bref, je retombe dans un certain spleen... Mais vous qui me lisez depuis si longtemps, vous devez avoir l'habitude.

 


Bande-son: Alain Bashung (enfin je crois que c'est lui): Osez osez Joséphine
Bande-son sur la fin: Superbus: Des hauts, des bas

Publié dans Actual*Chroniques

Commenter cet article