Les Quatre Saisons d'Ys - 1/4 + 2/4 = Ys en automne + Ys en hiver, by Martial Caroff

Publié le par Tortoise

Impossible de trouver le résumé éditeur de ces deux premiers tomes, alors je les recopie, ça servira peut-être à quelqu'un d'autre, one day... (après tout ça fait partie du métier de bibliothécaire)

En ce jour d'automne 2001, il ne pleut pas sur la ville d'Ys. Antoine de Nervèze, Professeur de littérature grecque à l'Institut de Recherche sur les Langues et les Civilisations Disparues (IRLCD), interprète la mort de Socrate sur la scène du Grand Amphi. Totalement pénétré de l'esprit du philosophe, il prononce ses dernières paroles avant de mourir comme lui, empoisonné.
Et ce n'est que le début: d'autres morts suivront, toutes aussi mystérieuses...
C'est alors que déboule le lieutenant Krafft dans sa bagnole noire, serrant dans son étau labial un cadavre de clope couleur de bile qui, lamentablement, gît sur son menton... Le sombre policier résoudra-t-il l'énigme qui s'offre à lui?
Sans doute, mais ce sera difficile. D'autant plus que les impulsions de l'assassin semblent trouver leur source dans les brumes du lointain passé de l'ancienne Ville d'Ys, à l'époque où Dahut, la princesse maudite, reçut du Ciel le prix de ses errements. L'irascible enquêteur sera épaulé par Quentin Le Louarn, un jeune paléontologue féru de littérature ancienne, qui se chargera de découvrir les motivations symboliques de la monstrueuse réincarnation.

Premier volet d'une tétralogie intitulée Les quatre Saisons d'Ys, ce premier volume est peuplé d'étonnants personnages aux extravagantes activités. Roman iconoclaste, il s'ouvre par une plongée dans un VI° siècle légendaire, se poursuit par une enquête poicière enfumée, ponctuée de crimes déments, avant de se perdre, en pleine tempête, dans une hallucinante course poursuite autour des bassins mythiques de la Nouvelle Ys.

 

Un matin d'hiver, un homme longe les bassins de la nouvelle ville d'Ys en grelottant. Il pénètre dans l'Institut de Recherche sur les Langues et les Civilisations Disparues (IRLCD) et y découvre le cadavre du Professeur Daoudal.
Pour crever comme ça, à quelques jours de la fin de l'année, faut être original! Remarque, il était bien un peu bizarre le Daoudal, spécialiste de l'ancienne ville d'Ys, celle-là même que la volonté divine et la main de Guénolé avaient fait disparaître sous les flots un jour de tempête automnale. Après avoir révélé que c'était le roi Gradlon lui-même qui avait commandé sur son grabat de mort la reconstruction de la ville, le vieil historien avait, dit-on, encore bien d'autres découvertes à divulguer. Des découvertes vraiment extraordinaires...
Est-ce à cause d'elles qu'il a été tué? Ou bien faut-il chercher le mobile dans la vie sexuelle plutôt... animée de l'universitaire? Voilà les questions auxquelles devront répondre Bruno Krafft et Quentin Le Louarn, l'impossible flic et le sympathique paléontologue, une fois encore réunis dans la lutte contre les tueurs d'érudits. Mais cette fois, l'affaire est coton! D'abord, les deux enquêteurs devront aller chercher leurs premiers indices au grand-duché de Luxembourg. Ils y trouveront des notes sur un manuscrit voyageur bourré de citations à double entente de l'Ancien Testament. Puis, une fois rentrés à Ys où les attendra un nouveau cadavre, nos deux compères devront se livrer à une véritable course au trésor pour prendre de vitesse le mystérieux assassin.
Quelle incroyable histoire!

Voilà, j'ai comencé à lire cette tétralogie, et je l'adore! C'est un style très incisif, avec des personnages bien étudiés et atypiques, ça mêle l'intrigue policière "classique" aux légendes les plus mythiques du monde celte, c'est bourré d'humour du début à la fin, et c'est vraiment très, très bien écrit...

C'est le titre qui m'avait attiré l'attention, en flânant dans les dictionnaires de mythologie celtique j'avais toujours été particulièrement fascinée par Ys et Dahud (ou Dahut, l'orthographe est toujours en option dans les mythes celtes)...

Publié dans Reading*Patch

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article