Lectures de juin

Publié le par Tortoise

A partir de ce mois-ci, j'essaye de développer un peu mes avis de lecture.
C'est peut-être même la dernière fois que je les regroupe en fin de mois, mais ça reste à voir...
J'ai aussi fait des listes: livres lus, livres en attente et pistes à lire, qui donneront une vision plus directe de l'état de mes lectures passées et futures.
Jusque là je tenais juste un tableau dans mon ordi que je remplissais à chaque fois que j'avais fini un livre, ma nouvelle organisation sera aussi plus pratique pour moi.

Je me suis aussi fait le petit Bananomètre personnel que voici, très aimablement dessiné par Anilori:

Bananomètre:
 : Beurk - Mouais bof
: Ouaip - Pas mal
: Sympa - Très sympa
: Vraiment génial - J'adore

Livres lus en juin:

- Le syndrome Copernic (Henri Loevenbruck) : "Ils lui avaient dit qu'il souffrait d'une schizophrénie paranoïde aiguë. Mais Vigo Ravel le sait les voix qu'il entend dans sa tête ne sont pas des hallucinations. Ce sont les pensées des gens. Les vôtres."

Un thriller, donc pas ce que je préfère, mais assez intéressant par la recherche sur la schizophrénie et des tripatouillages neuropsychiques qui font froid dans le dos par leur vraisemblance.

 

- Quand les dieux buvaient, 2: Blanche-Neige contre Merlin l'enchanteur (tomes 3 et 0 réunis en livre de poche) (Catherine Dufour) : Un archange et un angelot devenus vampires qui traverse les siècles humains, avec tout le brio de cette série délirante. Juste peut-être un peu long du fait de tout le panorama historique, et un peu désespérant  (beaucoup de gâchis et de désillusions pour tout le monde) mais rien qui ne m'ait empêché de beaucup aimer.

Puis les fées partent en Quête dans une parodie du Seigneur des Anneaux que j'ai trouvé très bien trouvée et qui m'a beaucoup fait rire. Pourtant là aussi une touche tristounette avec le deuil...
Mais non, j'adore vraiment Catherine Dufour! Dans la postface elle a l'air de dire qu'il y a encore un autre tome en rédaction, et par ailleurs qu'elle s'est beaucoup documenté sur les sirènes, je suis très curieuse de voir ça... 

 

- Les Zorribles (Michael de Larrabeiti) : Une bande de gamins intrépides, en guerre contre les adultes et des espèces de rongeurs géants, les Rognes, gagnent leurs noms en partant à l'aventure. J'aime assez, surtout pour l'ingéniosité des aventuriers et cette ambiance de Robinsons de rues, farouchement indépendants et débrouillards...

 

  - Hawk & Fisher, 2: Les jeux sont faits (Simon R. Green) : Je retrouve le couple de gardes les moins salauds de Haven, après une trèèès longue séparation depuis ma lecture du premier tome... Je crois me souvenir que je m'était un peu ennuyée avec le tome 1, cette fois ça passe un peu mieux, mais il manque toujours un petit je-ne-sais-quoi. Peut-être un peu plus de matière, parce que tous les ingrédients sont là: l'univers, l'intrigue et les personnages sont assez bien construits, et ont une certaine originalité bien qu'ils collent de très près aux classiques du genre. Peut-être est-ce le dénouement un peu trop prévisible ; je n'ai trouvé aucun rebondissement vraiment inattendu.

Maintenant que j'y pense, c'est à peine mieux dans Nightside, qui a pourtant un univers nettement plus original et fourni. Malgré tout, je pense que je vais encore perséverer pour en lire d'autres.

 

- Le chardon et le tartan, 3: Le talisman (Diana Gabaldon) : Décidément ça reste plutôt bas... Et je reste très perplexe sur les incohérences du retour au futur dans le début de ce tome. N'empêche que ça m'intrigue assez pour vouloir lire le tome suivant...

 

- Le pingouin (Andreï Kourkov) : A Kiev, un écrivain raté qui vit avec Micha, le pingouin dépressif qu'il a acheté au zoo, est embauché par un journal pour écrire des nécrologies de personnalités encore bien en vie, mais qui se mettent à disparaître à une vitesse alarmante... Dans quelle affaire s'est-il fourré?

Comme polar, c'est indéniablement original, avec ce pingouin de compagnie attachant... Mais le reste me laisse mitigée: il y a un quelque chose de neutre, de statique, comme un haussement d'épaule général dans l'atmosphère qui est pesant et amplifie le manque d'action, l'intérêt s'essoufle rapidement quand on attend de voir ce qui va se passer sans qu'il se passe grand chose de vraiment signifiant.

Pourtant, la chute donne presque envie d'aller lire la suite... A voir, mais pas forcément une priorité.

 

- [The Next Octology, 5] Le début de la fin (Jasper Fforde) : J'ai bien essayé de faire durer l'attente, mais ça y est, le voilà englouti en trois jours! Je ne m'en lasse pas, et j'ai l'impression que ce tome renouvelle bien la série, avec des intrigues et des situations nouvelles. C'est toujours aussi passionnant, drôle et décalé, résolument insolite et très construit dans sa vision du Monde des Livres. Un régal!

 

Petite citation par ici et une autre qui m'a fait jubiler, Dr Who oblige:


"Et que me vaut le plaisir de ta visite?
- Landen m'a prévenu qu'il m'avait enregistré Dr Who, et je suis à fond pour les Dalek.
- Je pencherai quant à moi pour les Sontaran, répliqua Miles.
- Pffff! dit Joffy. Ca ne m'étonne pas venant de quelqu'un qui considère que Jon Pertwee était le meilleur médecin.

Nous dévisageâmes tous Joffy sans savoir s'il nous fallait approuver, avancer une théorie différente ou autre chose.
- C'était Tom Baker, dit Joffy, mettant fin à un silence gênant.
Miles grogna un "banal" indistinct, et Landen fila chercher la cassette.
(...)
- Le voilà, dit Landen qui revenait avec une cassette vidéo. A la recherche des Dalek perdus.
"

 

Apparement le traducteur ne connaît pas la série, sinon il aurait traduit par docteur plutôt que médecin...


- L'oiseau piment (Olivia Ruiz) : Je découvre les éditions "Textuel", collection "Musik", avec ce beau livre plein de photos, de brouillons, de manuscrits de chansons, très coloré, où Olivia Ruiz raconte un peu sa famille, son parcours, ses influences, sa personnalité...

Ce n'est pas aussi exhaustif et rigoureux qu'une biographie, mais j'aime beaucoup l'aspect "tranches de vie" qui s'en dégage.

J'ai appris plein de choses, j'ai gagné plus de sens à certaines de ses chansons, et d'une manière générale c'est vraiment intéressant et sympa.

J'ai très envie de découvrir d'autres livres de cet éditeur, par exemple celui de Thomas Fersen ou de Juliette!

 

-   Tobie Lolness, 1: La vie suspendue (Timothée de Fombelle) : Délaissé un petit moment, mais je m'y suis enfin remise et l'ai fini en une poignée d'heures.

Tobie Lolness ne mesure pas plus d'un millimètre et demi. Il appartient au peuple qui habite le grand chêne depuis la nuit des temps. Parce que son père, un grand savant, a refusé de livrer le secret d'une invention révolutionnaire à une brute avide de pouvoir et de destruction, sa famille a été exilée, emprisonnée, condamnée à mort. Seul Tobie a pu s'échapper. Mais pour combien de temps?

Un très bon roman jeunesse, j'ai beaucoup aimé et j'ai hâte de lire la suite. Il faut dire que l'idée de petits bonhommes de quelques millimètres de haut vivant dans notre environnement, offrant des perspectives complètement différentes, avec une autre organisation pour adapter leur vie (et même un petit côté survie à la Robinson), c'est quelque chose qui me fascine et qui m'a toujours trotté dans la tête depuis toute petite.

Mais Tobie Lolness est aussi un personnage très attachant, et toute l'histoire est particulièrement bien creusée et originale... C'est peut-être juste un peu long à démarrer, avec tous les retours en arrière, mais si on s'accroche ça permet une évolution plus complète dans l'intrigue.

 

- [BD] Le Petit Prince (Joann Sfar) : Lu en parallèle d'une relecture de l'original de Saint-Exupéry. La BD est vraiment, vraiment fidèle! Et en même temps c'est une autre vision, il y a l'empreinte de Sfar en plus. Une bonne occasion de redécouvrir ce joli livre...

 

- La légende de l'Emeraude, 1: Le souffle de la pierre d'Irlande (Eric Simard) : Le livre que je m'étais fait dédicacer quand on a reçu l'auteur à la bibli. C'est... moui, pas mal pour de la jeunesse, mais vraiment jeunesse pour le coup...



En cours:
 
- Le labyrinthe du temps (Maxence Fermine)

- L'arbre des possibles et autres nouvelles (Bernard Werber) (en pointillés)
- Farenheit 451 (Ray Bradbury)

Publié dans Reading*Patch

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tortoise 03/07/2009 16:54

Euh, sans vouloir casser ton enthousiasme, la réf. à Dr Who est très anecdotique: tout est dans l'extrait que j'ai mis! (sur le coup je jubilais) C'est juste un petit plus ^^

zach 03/07/2009 10:09

Ahhhhhhhhh je suis pressée de lire le début de la fin maintenant que je sais que y'a des références à Doctor Who !!!! *hystérique*