Supreme Delice Wonka

Publié le par Tortoise

       

Quand j'avais regardé le DVD de Charlie et la Chocolaterie (adaptation de Burton, j'avais vu aussi le viiieuuuux premier film par un soir d'ennui en voyage), j'avais eu envie de relire le livre, tellement ça me paraissait fidèle - et ça l'est! Il n'y a que le personnage de Willy Wonka que Burton a fait un peu plus tourmenté, c'est la Burton Touch... Et ça donne un côté un tout petit peu plus adulte, mais tout le reste est scrupuleusement fidèle au livre, c'est très enthousiasmant.

Enthousiasmant - c'est bien le mot, c'est exactement ce sentiment qui imprègne tout le livre, ce véritable paradis de friandises, de géniale ingéniosité et de petit grain de folie (à peine teinté de morale avec les personnages insupportables qui ne récoltent que ce qu'ils méritent) qui donnent un émerveillement sans cesse renouvelé...

Avec tout le talent de Roald Dahl et ses innombrables jeux de mots, son sens de la formule... Je ne sais pas ce que ça donne en version originale mais j'ai l'impression que la traduction française est plus qu'honorable, on ne pense pas une seule seconde que ce n'est pas la langue originale du texte, et ça n'a pas dû être un travail facile.
En tous cas le style est vraiment jubilatoire!

Sur la lancée, j'ai enchaîné avec la suite, que je n'avais encore jamais lue.
Cette fois, on rajoute une petite pincée de SF, avec le grand ascenseur de verre propulsé dans l'espace et quelques aliens désagréables... Avec toujours cette énorme dose de loufoque et d'inventivité.
On finit par un petit jeu sur les bonbons de rajeunissement et de vieillissement qui m'a fait (indirectement) penser à Alice au pays des merveilles.

Et toujours ce style très jubilatoire...

Par exemple, une réplique de Grand-maman Georgina qui m'a fait beaucoup rire, autant par elle-même que par son incongruité:
 
"Si vous croyez être sorti de l'auberge, vous êtes espagnol!"


Bref, une lecture pleine de fraîcheur, un vrai régal.

Je craignais que ça ait un peu vieilli, ou que, ayant grandi, je n'apprécie plus autant ou n'accroche plus avec le style, mais c'était totalement injustifié. (d'autant plus que j'avais aussi relu Matilda il y a quelques temps, avec autant de plaisir...)

Publié dans Reading*Patch

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tortoise 27/08/2009 16:30

Hé non, justement, c'est le seul ajout de Burton. Dans le livre, on ne sait vraiment rien de Wonka, ni de son enfance, ni de ses parents. L'interdiction de manger des sucreries qui l'aurait pousser à devenir chocolatier-confiseur est exclusivement dans le film, bien que ce soit un détail que Roald Dahl aurait très bien pu écrire dans son livre. Par contre, la touche plus sombre, dramatique et sérieuse avec le père, c'est bien un ajout de Burton, qui s'écarte de l'esprit du livre (résolument "enfantin") pour donner un peu de profondeur à Wonka avec sa patte personnelle...Mais le bouquin est vraiment à lire aussi, si on n'est pas rebuté par les livres pour enfants (mais pas infantilisants, nuance...) et le style déjanté!

The Bursar 27/08/2009 13:08

J'ai bien aimé la version Tim Burton mais ça ne m'a pas pour autant donné envie de le lire. Est-ce que la partie où Willie Wonka retourne voir son père(et les autres passages sur son enfance) sont aussi dans le livre ou est-ce une ajout de Burton pour le plaisir d'avoir Christopher Lee dans son film ?