Glups, glups, geint, geint

Publié le par Tortoise

Retour à la fonction initiale de ce blog (c'est-à-dire un coin où geindre tranquillement sans avoir me justifier, en gros) : on n'est plus qu'à un jour de ma grande première d'accueil de classes à la bibli. Et je flippe grave.

Aujourd'hui j'ai tenté d'ordonner mes idées pour me faire un brouillon-guide pour le topo que j'aurai à faire sur la bibli, les livres et la Dewey avant de les enjoindre à crapahuter joyeusement partout pour répondre au petit questionnaire concocté pour leur faire mettre en pratique ledit topo.
Je bloque rien qur sur la première phrase où je compte leur demander lesquels d'entre eux connaissent déjà la bibli et rappeler que dans une bibliothèque, il faut être sage et ne pas faire trop de bruit ni de chahut, et prendre bien soin des documents. (Enfin, des livres, quoi. J'ai toujours un doute sur mon vocabulaire professionnel pas toujours bien clair pour le commun des mortels.) Avec l'arrière-pensée que ceux qui seront déjà venus à la bibli m'auront peut-être déjà vue dans un de ces moments où j'étale mon affligeante nullité en me consumant de timidité et en ne montrant pas assez d'autorité pour ramener/maintenir l'ordre.

J'ai beau me dire que les instits et les bénévoles seront là, que les mouflets ne sont pas des monstres sanguinaires (quoique), que je dois y aller tranquille et sans flipper, à la cool, quoi, je garde toujours cette affreuse conscience aigüe de ma non-coolitude, de ma maladresse énorme et de ma gêne considérable (qui décuple évidemment avec la conscience d'icelle, comme quand on rougit et qu'on se rend compte qu'on rougit et que du coup on rougit encore plus, et qu'on s'en rend encore compte et que... etc).

J'ai toujours été comme ça, et ça s'arrange pas vraiment avec le temps et les nouvelles expériences.
(comme la dernière fois où j'ai été en formation, où j'ai encore été toute empruntée, consciente de ma gaucherie, où les conversations me larguaient les doigts dans le nez, où les rares fois où je bafouillais et/ou que ma voix montait dans les aigus chevrotants nerveux, c'était généralement bien à côté de la plaque... et comme je fuis autant que je peux toute mondanité qui pourrait m'aider à me socialiser et m'intégrer, ça ne risque pas de s'arranger.)

Vouaaala.
Ayé, j'ai fini de ressasser (enfin, pour cette fois).
A part ça, tout va bien, hein. Sauf que je cours toujours plus après le temps libre, mais ça devient une habitude.
J'ai quand même passé commande de
l'album Simon's Cat, en me régalant au passage d'une nouvelle petite vidéo pour la promo ^^
Rien de tel pour rigoler un bon coup et oublier les stress du moment!

Publié dans Actual*Chroniques

Commenter cet article

Tortoise 01/10/2009 17:08


Eh bien ça s'est très bien passé et je flippais pour rien, évidemment!

J'ai même été assez à l'aise avec mon topo, et je me suis même pas cramponnée à ma feuille sans oser lever le nez: en fait ça rejoint tellement les trucs que j'explique tous les jours à ceux qui
veulent s'inscrire ou qui cherchent des trucs particuliers etc que c'était pas bien compliqué.
Et mes questionnaires n'étaient pas trooop nuls.

J'ai même pas été trop coincée comme je le pensais - je mentirais si je disais que je l'ai pas été du tout, mais globalement ça allait.

En fait j'avais surtout peur d'avoir affaire à des groupes de gamins chahuteurs et désintéressés, mais c'était mal juger les instits qui les ont quand même bien en main. Et puis ça
fait plaisir de voir des jeunes qui aiment lire (quoique, à l'école ça va encore, c'est au collège que ça commence à se gâter, dans l'ensemble).

Cela dit ça m'empêche pas de stresser aussi pour les prochaines fois, mais quand même bien moins!


Olya 01/10/2009 10:48


Alors, comment c'est passée cette journée avec les mioches ? J'espère bien.

Sache que tu n'es pas toute seule dans ta situation, la timidité et tout l'tintouin. Il suffit de travailler sur soi, oui oui facile à dire blablabla. Par exemple, moi quand je suis en groupe, je
sais jamais quoi dire, et dès que j'ouvre la bouche, tu peux être sure que je bégaie, ou alors que j'ai mis mes mots à l'envers dans la phrase.

Bref ! Je veux savoir comment s'est passée ta journée :) !


Acr0 30/09/2009 16:51


Il faut se défaire de ses notes ;) C'est comme ça qu'on y arrive le mieux !
Et moi aussi je cours après le temps ;)


The Bursar 29/09/2009 23:49


Il faut se raccrocher aux aspects positifs, c'est une grosse bande d'ignorant, donc c'est toi qui leur apporte des renseignements et ils ne sont pas en mesure de juger ceux-ci, donc de te prendre
en faute(moi, je suis une grande angoisse du jugement professoral) et sinon, ils devraient se tenir tranquille pendant les premières minutes, simplement par la joie d'avoir échappé à leurs cours et
l'idée que s'ils font trop de bruit, ça va te ralentir, donc retarder le moment où ils pourront aller glander entre les rayons.