L'échappée belle (Anna Gavalda)

Publié le par Tortoise

J'avais déjà aimé "Ensemble c'est tout", une vraie bouffée de fraîcheur. Un peu moins apprécié "Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part", mais c'était pas mal non plus. J'ai pas encore lu "La consolante", pas trouvé le temps, et puis tout le monde me dit que c'est plus tristoune et long à démarrer alors je repousse un peu...
Mais "L'échappée belle", ça me paraissait plus prometteur, et tout court, alors hop, j'ai sauté dessus.

          

Simon, Garance et Lola, trois frères et sœurs devenus grands (vieux ?), s’enfuient d’un mariage de famille qui s’annonce particulièrement éprouvant pour aller rejoindre Vincent, le petit dernier, devenu guide saisonnier dans un château perdu au fin fond de la campagne tourangelle. Oubliant pour quelques heures marmaille, conjoint, divorce, soucis et mondanités, ils vont s’offrir une dernière vraie belle journée d’enfance volée à leur vie d’adulte.


Léger, tendre, drôle, L’Échappée belle, cinquième livre d’Anna Gavalda aux éditions Le Dilettante
(à l'origine seulement édité chez France Loisirs et longtemps plébiscité dans une édition accessible à tous), est un hommage aux fratries heureuses, aux belles-soeurs pénibles, à Dario Moreno, aux petits vins de Loire et à la boulangerie Pidoune.

Eh ben wow, quoi! C'est un petit condensé de bonheur et de petits détails sympathiques, j'ai vraiment retrouvé la même jubilation de lecture que pour "Ensemble c'est tout", c'est très agréable.
Et certains passages m'ont particulièrement touché parce que je m'y reconnaissais assez, mine de rien...

Par exemple:

"Nous avons parlé des mêmes choses qu'à dix ans, qu'à quinze ou qu'à vingt ans, c'est-à-dire des livres que nous avions lus, des films que nous avions vus, des musiques que nous avions entendues et des sites que nous avions découverts. De Gallica, de tous ces nouveaux trésors en ligne, des musiciens qui nous épataient, de ces billets de train, de concert ou d'excuse que nous rêvions de nous offrir, des expos que nous allions forcément rater, de nos amis, des amis de nos amis et des histoires d'amour que nous avions - ou pas - vécues. Souvent pas d'ailleurs, et c'est là que nous étions les meilleurs. Pour les raconter, j'entends. Allongés dans l'herbe, assaillis, bécotés par toutes sortes de petites bestioles, nous nous moquions de nous-mêmes en attrapant des fous rires et des coups de soleil.

Et puis nous avons parlé de nos parents. Comme toujours.
[...]
Bref, de ces quelques bricoles et de ces quelques gens qui remplissaient nos vies.
Ce n'était pas grand-chose ni grand monde et pourtant... c'était infini."

*

"Est-ce que je n'avais pas loupé un aiguillage? Où est-ce que ça avait merdé? Et quelqu'un m'attendait-il quelque part? Les trois autres m'ont encouragée, m'ont secouée un peu et j'ai fait semblant d'acquiescer à leur bienveillance.
D'ailleurs nous nous sommes tous secoués et nous avons tous fait semblant d'acquiescer.
Parce que la vie, quand même, c'était un peu du bluff, non?"


Et aussi une playlist affective à la fin que j'ai adoré, tout ça me rappelle bien mes bons moments avec mes potesses, et c'est une culture générationnelle dans laquelle je me retrouve souvent, y'a quelques titres ou artistes de sa playlist qui font partie de mes musts aussi... (comme Fersen - sauf que moi c'est pas "Zaza", "Halleluyah" - sauf que moi c'est ni Cohen ni Buckley mais Rufus Wainwright, mais on s'accorde totalement sur Goldman "et l'on y peut rien", etc...)

Une petite lecture sans prétention, en petit rayon de soleil, là, juste comme ça en passant ^^

Publié dans Reading*Patch

Commenter cet article

La librivore 22/04/2010 21:45



C'est vrai, je crois qu'elle parle à chaque femme, la femme d'aujourd'hui confronté à tous les possibles, un peu mélancolique, joueuse et perdue.



John 11/12/2009 18:37


Totalement d'accord avec toi!

J'l'ai lu il y a deux ou trois ans déjà, c'est-à-dire peu de temps après avoir lu Ensemble c'est tout. J'étais tombé sur L'échappée belle dans la bibliothèque de ma mère, elle avait la première
édition, celle qui avait été éditée pour France Loisirs :O Et Gavalda ça m'a fait tilt...

J'ai commencé à lire et en deux-trois heures c'était fini. Et j'étais vraiment content, tellement c'était doux et agréable comme livre :O