L'homme dans le labyrinthe (Robert Silverberg)

Publié le par Tortoise

* Ceci était la lecture de janvier 2010 du Cercle d'Atuan *


Bon, j'ai vraiment traîné, et j'ai toujours pas plus d'inspiration pour faire cette chronique, mais je m'étais promis de me mettre à jour avant qu'on se mette à "Au Guet", la lecture de mars, j'atteint donc ma dernière limite ce soir. Alors hop, si c'est pas ce soir ça sera jamais, tant pis si j'ai rien à dire, je me jette à l'eau!
(par contre pour "la route" ça m'étonnerait que j'aie le temps, peut-être à boucler demain midi...)


http://tortoise.ovh.org/misc/hommelaby.jpg

  Tous les hommes qui avaient tenté de pénétrer dans le labyrinthe de Lemnos avant Muller étaient morts d’une façon atroce. Tous ceux qui avaient essayé de l’y rejoindre par la suite avaient été massacrés. Aujourd’hui, Ned Rawlins a reçu l’ordre de ramener Muller sur la Terre, sa planète natale. Qui, neuf ans auparavant, l’a impitoyablement chassé…

Voici donc de la vieille SF, mais qui pourrait tout aussi bien être encore d'actualité si ce n'était fortement daté par la vision de la femme-potiche bien d'époque ^^
Mais en fait si les autres du Cercle n'en avaient pas fait la réflexion, ça me serait passé par-dessus tellement c'est justement daté et donc typique, tellement stéréotypé que je m'arrête pas dessus et le zappe automatiquement.

A part ça, le suspense est très soutenu, tout particulièrement dans la première partie, quand Ned Rawlins et Charles Boardman cherchent à atteindre le coeur du labyrinthe à force de sacrifices de robots et de recoupement d'infos, ça fait très "jeu vidéo", c'est sympa ^^
Après, c'est toute la phase d'approche de Muller, on découvre petit à petit pourquoi il s'était exilé ici, comment il avait pu traverser le labyrinthe sans mourir dans un piège alors qu'il était beaucoup moins bien équipé, et les mystères de ce labyrinthe de Lemnos (oui, Lemnos, et le parallèle grec est avéré) - et au passage on a tout plein de réflexions sur la nature humaine qui valent assez le détour.

D'ailleurs, les manigances de Boardman m'ont apporté une petite citation qui a ravi la HP addict que je suis:

"(..) [la nécessité d'une trahison personnelle] pour le bien du plus grand nombre"

(ouais, je sais, fallait le voir ^^)


Bref, un assez bon bouquin de SF, remarquable malgré ses quelques défauts.

 (Cela dit je ne pense pas que je relirai alors je me tâte juste encore un peu avant de le remettre en vente.)



http://s3.archive-host.com/membres/images/191034014/Blog/11j23oo.png

Les autres avis du Cercle d'Atuan

Publié dans Reading*Patch

Commenter cet article