Le chat qui venait du ciel (Takashi Hiraide)

Publié le par Tortoise

 Le Swapocat est fini, je peux donc dévoiler une de mes dernières lectures que j'avais faite en préparant ce que j'allais envoyer:

 

http://argoul.blog.lemonde.fr/files/2007/02/hiraide-le-chat-qui-venait-du-ciel.1170999063.jpg

 

Voici un roman touché par la grâce, celle d'un chat " si petit et si frêle qu'on remarquait tout de suite ses oreilles pointues et mobiles à l'extrême ".
Quand un jeune couple emménage un jour dans le pavillon d'une ancienne demeure japonaise, il ne sait pas encore que sa vie va s'en trouver transformée. Car cette demeure est entourée d'un immense et splendide jardin, et au cœur de ce jardin, il y a un chat. Sa beauté et son mystère semblent l'incarnation même de l'âme du jardin, gagné peu à peu par l'abandon, foisonnant d'oiseaux et d'insectes. Tout le charme infini de ce livre tient dans la relation que le couple va tisser avec ce chat qui se fond dans la végétation exubérante pour surgir inopinément, grimpe avec une rapidité fulgurante au sommet des pins gigantesques, frappe à la vitre pour se réconcilier après une brouille. Un charme menacé, car ce qui éveille en nous la beauté et appelle le bonheur est toujours en sursis...

 

Le résumé m'alléchait énormément, et le titre collait bien avec le thème de mon swap ("chats et plumes").

Mais en le lisant, j'ai quand même eu un peu de mal, surtout au démarrage. Le style est très typique de la culture japonaise: tout en descriptions contemplatives et métaphoriques, et si on ajoute à ça une certaine accumulation de termes architecturaux spécifiques au japon, encore décuplées par le fait que la demeure décrite suit un agencement insolite et peu commun qu'il faut arriver à visualiser, j'ai trouvé que c'était vraiment assez difficile d'entrer dans ce livre.


Cela dit, l'histoire du chat voisin qui leur rend des visites est effectivement attendrissante et passionnante, et j'ai particulièrement apprécié tout le passage des considérations sur le chat-éclair quand il joue à grimper à toute vitesse sur l'arbre de leur jardin.

 

Ensuite, la fin traîne peut-être un peu en longueur, mais ça permet de bien encadrer l'histoire de Chibi et finalement je crois que c'était nécessaire pour mieux la faire ressortir.

 

Ce fut donc une petite lecture qui ne m'aura pas beaucoup marqué, mais il est vrai que je reste somme toute assez hermétique à la culture japonaise, et malgré tout ça été une lecture assez plaisante!

 

   

Publié dans Reading*Patch

Commenter cet article

Lou 10/05/2010 20:27



Je m'en souviens relativement bien mais c'est un peu trop contemplatif à mon goût.