Le Nightside de Simon Green

Publié le par Tortoise

"Deux kilomètres carré d'enfer en plein Londres, un endroit où il est toujours trois heures du mat' ".

J'ai dévoré ces derniers jours le tome 3 du Nightside de Simon R. Green, un très bon moment de lecture... Et je me rend compte que je n'ai jamais vraiment parlé de cette série de fantasy urbaine par ici, alors c'est l'occasion de m'y coller, même si ça commence à faire un certain temps que j'ai lu les premiers...

http://tortoise.ovh.org/misc/nightside1.jpg  http://tortoise.ovh.org/misc/nightside2.jpg  http://tortoise.ovh.org/misc/nightside3.jpg

4° de couv. du tome 1:
Je m’appelle Taylor, John Taylor. Ma carte de visite dit que je suis détective privé, mais en fait je suis plutôt un expert pour retrouver les objets perdus. Ça fait partie du don avec lequel je suis né… dans le Nightside.

J’en suis parti il y a pas de temps pour sauver ma peau et ce qu’il me restait de raison. Aujourd’hui, je gagne ma vie au grand jour. Mais ces derniers temps, les clients se font rares. Aussi, lorsque Joana Barrett a débarqué dans mon bureau, le fric suintant par tous les pores de sa peau, pour me demander de retrouver sa fugueuse de fille, je n’ai pas su dire non.
C’est là que j’ai découvert où sa fille s’est barrée: dans le Nightside. Deux kilomètres carré d’enfer en plein cœur de Londres, un endroit où il est toujours trois du mat’ ; où l’on croise des mythes à tous les coins de rue ; où l’on peut boire un pot avec un monstre. Faut pas s’y fier aux apparences et tout y est possible.

J’avais juré de ne jamais y remettre les pieds. Mais une jeune fille est en danger, et sa mère compte sur moi. Alors je n’ai pas le choix : il faut que je rentre à la maison.

Euh, bon ben, en relisant le topo de Kei sur le MdE pour m'en inspirer, je me dis que j'arriverai vraiment pas à faire mieux, ni même à tourner autrement, donc je vous livre ça tel quel:

La devise de John : Vous en voulez à ma vie ? Faites comme tout le monde : prenez un ticket.

Les premières pages de Vieux Démons vous feront immédiatement penser à ces vieux détectives de films en noir et blanc, mégot à la bouche et chapeau ombrageant des yeux qui disent « j’en ai trop vu ». Tant mieux. Il ne faudrait pas que vous vous enfuyiez en courant avant même que le spectacle commence.
Parce qu’autant vous prévenir : le Nightside, c’est un blanc sur la carte qui échappe à toute autorité, qu’elle vienne d’En-Haut comme d’En-Bas. Autrement dit, c’est le chaos le plus complet. On y rencontre de tout, depuis les dieux païens les plus reculés jusqu’aux légendes urbaines les plus récentes, en passant par un joyeux assortiment de tout ce que vous pouvez imaginez – ou pas - de plus glauque et lugubre. En gros il y a les humains, ceux qui l’ont été, et ceux qui ne le sont pas, mais alors pas du tout.
John, c’est le héros en plein déni. Il est courageux, a bon cœur, et se laisse facilement apitoyer. Mais n’allez pas le lui dire, il risquerait de très mal le prendre et on le comprend, vu le soin qu’il met à entretenir sa réputation de salaud professionnel. Précisons qu’il est entouré par une belle brochette de camarades aussi allumés que lui – voir plus. Citons Alex Morissey, le barman du plus vieux bar du monde, Eddie, le Dieu punk du rasoir, ou encore Susie la Mitraille, aussi appelée Suzie Bang Bang et «
Oh mon Dieu, pas elle ! Fuyez ! ».
C’est de l’excellent cru, noir, sarcastique, glauque tirant sur le gore, le tout raconté à la première personne. Vous ne vous en remettrez pas.


Voilà, tout est dit...
A part ça, c'est du Green, donc les intrigues peuvent paraître un peu faciles et bateau, mais franchement, l'ambiance et les personnages valent le détour à eux tout seuls.

Il me semble qu'au début je trouvais ça sympa mais sans plus, puis à la réflexion, très sympa, puis le tome 2 vraiment très sympa, et maintenant je dois être totalement conquise car j'ai vraiment pris beaucoup de plaisir en lisant le tome 3.
J'ai même vu une ressemblance avec Ankh-Morpork avec le goût de la population du nightside pour les "spectacles" gratuits... Et évidemment, ces deux kilomètres carré d'enfer dans un Londres alternatif font beaucoup penser à Neverwhere, ce qui n'est pas pour nous déplaire... On sent là encore le gros mélange d'influences et références qui est le propre de Green et que j'apprécie tout autant dans sa Secret History.

J'espère juste que la suite du Nightside sera publiée en France...
(sinon, ma foi, je serais bien capable de tenter de suivre en VO!)

Publié dans Reading*Patch

Commenter cet article

Tortoise 15/01/2010 19:43


Un autre truc de simon Green que j'aime encore plus, c'est The Secret History, traduit en français l'Homme au torque d'or (et le tome 2, les démons sont éternels, m'attend). Une parodie de James
Bond, sauce urban fantasy, c'est du très bon.
Hawk & Fisher n'est pas mal non plus, un cran en-dessous, mais ça aussi je n'en suis qu'au début...
C'est un très bon auteur pour la détente, je suis tout à fait d'accord avec toi!


Julien "Naufragés Volontaires" 15/01/2010 19:13


La seule chose que j'ai lu de Green c'est les Traquemort. Et vu ce qu'il fait en fantasy, on peut croire qu'il aime à jouer avec les clichés, les amplifier pour les tourner en ridicule. Voir de
jouer avec pour en faire un roman ludique. Ceci dit, cette série m'a vaguement attiré... donc si j'ai besoin d'un bon divertissement, j'y penserai. Car pour divertir Green s'en sort bien... mieux
que pour des scénars compliqués. Mais bon, on ne peut pas être bon sur tous les plans!