Mammuth (Kervern & Delépine)

Publié le par Tortoise

Ce week-end, il était prévu que j'aille voir l'adaptation ciné de "Adèle Blanc-Sec" avec les potesses. Petit chamboulement de programme: finalement, j'ai été voir "Mammuth" avec ma mère, au petit cinéma d'art et d'essai où je n'avais plus mis les pieds depuis fichtrement longtemps, mais auquel je commence à penser quand je regarde les programmations...

Bien m'en a pris, pour le coup! Je crois bien que c'était même la première fois que j'entrais dans leur salle de l'étage, vraiment chouette comme tout, avec un plafond peint et un rideau qui s'ouvre sur l'écran, à l'ancienne...

 

Bref, ce film, j'en avais juste eu un aperçu très rapide au JT, un de ces derniers week-end que j'ai passé chez mes parents, et ça m'avait l'air bien, le pitch était sympa, Depardieu avait l'air parfait dans le rôle, et les réalisateurs n'étaient autres que les Grolandais Gustave Kervern et Benoît Delépine.

 

http://tortoise.servhome.org/images/PICTSIES/film/mammuth.jpg

 

Serge Pilardosse vient d'avoir 60 ans. Il travaille depuis l'âge de 16 ans, jamais au chômage, jamais malade. Mais l'heure de la retraite a sonné, et c'est la désillusion : il lui manque des points, certains employeurs ayant oublié de le déclarer ! Poussé par sa femme, il enfourche sa vieille moto des années 70, une "Mammut" qui lui vaut son surnom, et part à la recherche de ses bulletins de salaires. Durant son périple, il retrouve son passé et sa quête de documents administratifs devient bientôt accessoire...

 

Yolande Moreau est aussi très bien dans le rôle de la femme.

 

En fait je ne m'attendais pas vraiment à ce que ce soit du ciné d'art et d'essai, mais effectivement ça y a bien sa place: road movie avec des effets amateur, façon super 8 parfois, beaucoup dans l'impression.

Par contre je m'attendais à ce que ça soit assez trash, connaissant les Grolandais, eh ben en fait, même pas!

Nan, c'est vraiment un film tout sympatoche, et même au final, très beau.

 

Y'a plein de moments très drôles, souvent dans le genre grinçant, comme le pot et le cadeau de départ à la retraite...

 

 

Mais toujours beaucoup de dignité, un film foncièrement humain, à la fois par son thème, ses intrigues et ses personnages. 


 

Avec les fantômes qui peuvent hanter même les plus humbles, je dirais même surtout eux...


 

Mais aussi avec les jolies rencontres, comme cette nièce toute rêveuse (une Luna Lovegood par excellence!) qui sait redonner la pêche...


 

Des nuages aux formes rigolotes, des piscines flottantes, des tuiles, des cons, des belles retrouvailles, un petit parfum de liberté et finalement d'harmonie intérieure...

 

 

Un petit film qui ne paye peut-être pas de mine, mais qui fait passer un très bon moment, avec des acteurs très justes.




(et en plus la musique est de Gaëtan Roussel, j'espère qu'une B.O. sera éditée!)

 


Publié dans Lorgnette*View

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article