Xanth, 1: Lunes pour Caméléon (Piers Anthony)

Publié le par Tortoise

* Ceci était la lecture d'octobre du Cercle d'Atuan *




Xanth est un monde enchanté où règne la magie, un monde peuplé de chimères - centaures, basiliques, dragons - et où chaque citoyen possède un pouvoir spécial.
Mais pour Bink, Xanth n'a rien d'un pays de contes de fées : il est le seul à ne pas avoir de don.
Le Magicien Humfrey affirme pourtant que le pouvoir de Bink est très puissant, mais il est incapable d'en déterminer la nature. Bink serait-il contraint à l'exil ?
Ainsi commence l'une des sagas de Fantasy les plus célèbres du monde, pleine de péripéties, de jeux de mots et de créatures caractérielles !


Au départ ça ne m'attirait pas follement, je ne sais pas trop pourquoi, ça me paraissait peut-être un peu banal, "fantasy de masse" bien commerciale (peut-être l'effet Milady, en fait)... Pourtant, pour que ça ait été proposé (et retenu!) au Cercle, il fallait bien qu'il y ait quelque chose d'intéressant là-dedans... Et puis je l'avais trouvé d'occasion en commandant autre chose, alors j'ai tenté quand même.

Bien m'en a pris! J'ai beaucoup aimé, je suis ravie d'avoir découvert cette série qui a l'air assez connue mais dont je n'avais encore jamais entendu parler.

Je me suis particulièrement délectée de la première partie, où Bink crapahute à travers Xanth, son pays magique, pour aller voir le Bon Magicien Humphrey afin de savoir une bonne fois pour toutes s'il est condamné à l'exil, faute d'avoir un talent magique, ou pas.
On découvre donc un pays complètement imprégné de magie: les végétaux sont magiques, les hommes ont chacun un "talent" magique (souvent assez anodin et basé sur l'illusion), les créatures magiques sont très diverses et variées...
Et pourtant il y a une certaine logique, des lois universelles derrière tout ça, ce qui donne un univers à la fois loufoque et cohérent.

Et le vrai piment de l'affaire, c'est que le texte est bourré d'humour, jeux de mots (parfois bien lourds) et néologismes à la pelle, surtout dans la première partie: charmantes bestioles que les mite-railleuses, lézarves, marmiette (qui arrivent à transe-porter des bouts de pain), et festival de flore avec les
cyprès detoimondieu, la belle fleur qu'on appelle la marrante, les arbres sommiers aux sorts porifiques et autres glandeurs...
Un vrai régal.
D'ailleurs il semblerait que le traducteur se soit bien éclaté là-dessus, un peu comme Couton pour Pratchett.

Avec ça, Bink est un grand curieux qui s'interroge toujours sur la nature de la magie, ce qui nous intéresse toujours et nous permet d'appréhender toute la richesse de cet univers sous tous ses angles...

Et il y a bien sûr une intrigue derrière tout ça, Bink ne passe pas tout son temps à crapahuter. (La première partie est en fait une succession de petites aventures alors que la deuxième est plus focalisée sur l'Aventure.) Il finit par trouver le Bon Magicien, et là commence vraiment l'aventure... Pleine de rebondissements, avec un aperçu du monde Vulgaire au passage, et tout un tas de péripéties.

En compagnie de personnages qui deviennent très attachants, notamment Fanchon et Trent, et la fin me fait penser que je vais aimer Chester par la suite...

Parce que j'ai bien l'intention de continuer cette série, même si j'ai un peu regretté que la deuxième partie soit moins bien servie en jeux de mots et loufoquerie qui donnent ce ton si drôle et frais à la première partie.



 Autres lecteurs:
Acr0, Arutha, Iani, Olya, Ryuuchan, Spocky, Tigger Lilly



Publié dans Reading*Patch

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tortoise 18/11/2009 09:29


Oui, c'est ce que je voulais dire, je me suis mal exprimée... Je vais corriger ça!
Je croyais que tu le connaissais déjà avant de le proposer, effectivement c'est une chance que ça ait été une bonne découverte, lol!


Acr0 18/11/2009 09:19


Moi aussi j'ai bien aimé... encore heureux, car je l'avais proposé !
Pour les jeux de mots, ils ne sont pas moins nombreux que dans la version originale, c'est juste qu'ils n'ont pas la même équivalence et la même force quand on traduit d'anglais à français. Il y a
sans aucun doute des jeux de mots plus intéressants en français et d'autres anglais qui n'ont pas été traduits par exemple. Et je pense que c'est la même chose dans la traduction de Couton ;)